Le modélisme pour tous

Annonces Consulter Publier

Agenda Consulter | Publier

Magazine S'abonner | Mon abonnement |

Espace Premium

Mon compte

Articles / Trucs & Astuces

Fabrication des choucanes

 

choucane_1

 

 

 

 

Voici un élément souvent oublié sur les modèles de voiliers classique

 

 

 

 

 

 

 

Choucane : terme inconnu des terriens et quasiment ignoré par les adeptes du modélisme naval. C’est un stage à bord du Belem qui m’a permis jadis de le découvrir, le bosco s’étant malicieusement amusé au spectacle navrant de nos premières tentatives dans l’art du matelotage. Rien de tel qu’un passage par la case “télé” pour définir les fameuses choucanes. Rendez-vous en fin de journée sur FR 3, “Questions pour un Champion” (de langage maritime).

 

- Première question (beaucoup d’indices chez vous sur les photos du MRB) : on me trouve fréquemment dans le gréement des bateaux à voile ; je suis…, je suis…

 

- Nouvel indice : je suis constituée de touffes de cordages effilochés et détorronés accrochées sur certains cordages du gréement dormant ; je suis…, je suis…

 

- Mon rôle est de protéger la toile des voiles qui vient raguer contre des cordages comme les balancines et les pataras. Je suis ?

 

- Un faubert ? Non, ce n’est pas un faubert. Ce dernier est lui aussi constitué de touffes de fil de caret, mais il sert soit à laver le pont, soit à désigner des moustaches imposantes chez un vieux loup de mer dans notre argot maritime.

 

Je suis une choucane, bravo, vous avez gagné le droit d’apprendre à les réaliser sur vos modèles en lisant ce qui suit. Voici donc différentes manières de fabriquer les choucanes, chacun choisira selon ses goûts et selon l’échelle du modèle, sachant que dans la réalité, les choucanes mesurent de 40 cm à 1 m de longueur, pour une grosseur de 20 à 40 cm.

 

 

 

FABRICATION DES CHOUCANES A PARTIR D’UN TUBE

 

choucane_2

 

Le principe en est très simple : on recouvre un tube (vive l’inventeur du coton-tige !) de spirales de cordage bloquées par une goutte de cyano aux deux extrémités. C’est dans les torons de ce cylindre textile que l’on va passer et repasser une aiguille à coudre équipée de fil de coton plus ou moins gros, de manière à obtenir des boucles d’environ 2 cm de longueur. Il faudra bien sûr réalimenter plusieurs fois l’aiguille en fil pour couvrir tout le cylindre.

 

 

 

 

 

 

 

choucane_3

 

 

Reste ensuite à sectionner toutes les boucles par leur milieu pour obtenir une touffe allongée que l’on prendra soin d’harmoniser en lui faisant une belle coiffure style choucane. Pour installer la choucane sur un cordage, on enfile ce dernier dans le tube en plastique en utilisant un passe fil en fil de laiton.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avantage

 

On peut promener la choucane le long d’une balancine jusqu’à l’emplacement où elle frotte contre la voile (au grand largue notamment).

Inconvénient : ne convient pas aux modèles au 1/40e et plus, à moins de dénicher un mini-tube, et encore.

 

  choucane_3                                       

 

 

FABRICATION DES CHOUCANES AUTOUR D’UN SUPPORT METALLIQUE

 

Ce procédé permet de confectionner des choucanes de toutes les dimensions, notamment des minuscules pour modèles au 1/48e et plus. La démonstration par l’image raccourcit les commentaires : une section de fil métallique replié en boucle aux deux bouts. Ici, c’est le cordage luimême qui constitue un cylindre textile autour de l’âme métallique. Dans ce cas, on voit qu’il sera impossible de faire coulisser la choucane le long du cordage, il faudra donc régler la position de notre touffe de fil en réglant le cordage que l’on devra prévoir assez long. Pour la suite, même chanson que précédemment : boucles de fil, ciseaux, coiffeur pour fignoler les “mèches”.

 

choucane_5

Variante à utiliser pour de minuscules choucanes : même tige de métal avec ses deux boucles, mais garnie d’un petit boudin de cordage autonome. La choucane est confectionnée comme dans le cas précédent, mais pour la mettre en place, on devra sectionner la balancine ou le pataras et nouer les parties coupées sur les deux boucles de la choucane. Nœuds que l’on dissimulera aisément par quelques boucles de fil cousues au dernier moment.

 

 

CHOUCANES COUSUE DIRECTEMENT SUR UN CORDAGE

 

Valable pour des cordages d’environ 1,5 mm de diamètre et au-delà. En fait, cette technique se rapproche de la véritable façon de faire, car dans la réalité, les choucanes sont constituées de touffes de cordages effilochées rassemblées par un brin, et nouées par dizaines sur le cordage. Ici, on fabrique directement les touffes en passant notre aiguille et son fil à travers les torons du cordage. Résultat impeccable, à retenir pour les gros modèles.

 

                                                           choucane_6

 

 

UNE METHODE POUR PARESSEUX : LA CHENILLE

 

Vous trouverez de la “chenille” faite d’une âme métallique entourée de fils synthétiques au rayon “jeux éducatifs” des hypermarchés. Choisir la couleur blanche, que l’on pourra teinter couleur chanvre.

 

choucane_7

La technique est d’une simplicité enfantine : on enroule une longueur choisie de chenille autour d’un axe très rigide : clou, corde à piano, etc., dont la grosseur doit être à peu près égale à celle du cordage auquel est destinée la choucane. On obtient ainsi un cylindre pelucheux que l’on enfilera sur le cordage à l’aide d’un classique passe fil. On peut aussi durcir l’extrémité du cordage à la cyano pour le forcer à coulisser dans le cylindre.

 

 

 

 

 

 

choucane_8Voilà donc une chenille qui devient choucane au lieu de papillon…, poétique, mais moins réaliste que les premiers procédés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ENFIN UN TRAVAIL DE COCHON AVEC SERPILLIERE

 

Ça vous rappellera “le Père Noël est une ordure”.

Au rayon “Ménage” des magasins, on trouve des serpillières et autres lingettes faites d’un grossier tissu à boucles. On coupe une bande de tissu dont on colle un bord le long du cordage, puis on l’enroule autour deux ou trois fois, et on bloque l’autre extrémité en la collant à son tour. Reste à teinter et à sectionner les petites boucles. Pas terrible, mais ça peut faire illusion.

 

 

CONCLUSION

 

Vous savez maintenant ce qu’est une choucane, c’est déjà ça, et en plus vous savez les fabriquer, c’est encore mieux. Certes, il n’y a pas de quoi encombrer outre mesure les pages du MRB, mais chaque information supplémentaire, chaque découverte de mille et un détails de l’anatomie d’un bateau permet d’accumuler au fil des ans suffisamment de connaissances pour réaliser des modèles aussi fidèles que possible.

 

 Acheter MRB N° 582 Mai 2012

Administrateur

Commandez la dernière Revue MRB

© Rigel Editions : Mentions Légales cliquez ici